Antony Perrino au micro de France Bleu RCFM pour évoquer son nouveau mandat

Antony Perrino au micro de France Bleu RCFM pour évoquer son nouveau mandat

Antony Perrino était au micro de France Bleu RCFM afin d’aborder l’actualité du bâtiment ainsi que les enjeux liés à son nouveau mandat.

France Bleu RCFM : Antony Perrino bonjour, vous êtes le nouveau président de la Fédération BTP Corse du Sud. On est à la fin du mois de juillet, comment l’activité a-t-elle repris en Corse ? On en est où ?

Antony Perrino : Alors l’activité a repris, les chantiers ont réouvert mais nous ne sommes pas sortis de la crise, on attend de voir s’il y a un rebond ou pas, nous sommes très vigilants sur ce point. Le redémarrage est effectif mais il ne s’est pas fait dans les conditions identiques et idéales pour les entreprises, comme ce l’était avant le début de la crise.

France Bleu RCFM : Comment ça se passe aujourd’hui, par exemple sur un chantier, est-il possible d’avoir autant d’ouvriers qu’avant la crise du covid-19 ?

Antony Perrino : Non pas du tout, nous avons signé une convention pour l’application des protocoles sanitaires sur chaque chantier. À titre d’exemple aujourd’hui quand nous avions dix salariés pour une tâche ils ne sont plus que trois ou quatre et dans une cohabitation difficile entre les différentes entreprises qui viennent travailler sur un chantier.

France Bleu RCFM : Est-ce que cela signifie moins de travail ?

Antony Perrino : Forcément, cela signifie moins de rythme dans le travail donc plus de temps pour le réaliser avec un besoin de moins de personnes. C’est très complexe et cela aura forcément des conséquences sur l’emploi.

France Bleu RCFM : Reprise plutôt faible alors…

Antony Perrino : Disons plutôt une reprise modérée parce que nous sommes des entrepreneurs responsables et nous devons donc forcément être très vigilants sur cette crise sanitaire, sur un éventuel rebond et sur la propagation de l’épidémie. Donc la prudence est de mise et c’est pour cela que c’est une reprise effective que nous constatons mais que je considère comme timide.

France Bleu RCFM : Vous parlez de rebond mais est-ce que vous vous y préparez ? Par exemple à l’éventualité d’un reconfinement ?

Antony Perrino : Pour la Corse du Sud je trouve que la profession s’est parfaitement organisée pendant le covid. Nous nous sommes remis en question, nous avons beaucoup travaillé sur des protocoles et des process. Je pense que nous sommes prêts pour un éventuel rebond, maintenant nous espérons tous qu’il n’arrivera pas et que nous pourrons petit à petit retrouver un rythme de travail identique à celui que nous avions pendant la crise mais pour autant je pense que les choses ont changé à jamais et qu’il faudra vivre avec une meilleure prise en compte du risque sanitaire sur un chantier. Il y a une convention qui a été signée par mon prédécesseur il y a quelques mois pour définir les différentes étapes protocolaires qu’une entreprise doit respecter avant de revenir sur un chantier ainsi que tous les dispositifs sanitaires que nous devons mettre en place : les masques, le gel, les vestiaires, les gants et toutes ces choses nécessaires qui ont été mises en place par mon prédécesseur et force est de constater que nous avons eu un accord avec la direction régionale des entreprises et les choses ont été bien faites en Corse du Sud. 

France Bleu RCFM : Est-ce que ce protocole pourrait durer plusieurs mois en Corse du Sud ?

Antony Perrino : En Corse du Sud il peut rester plusieurs mois et je pense même que cette crise laissera forcément des traces et qu’il faudra intégrer en tant que chef d’entreprise une dimension sanitaire peut-être plus importante à l’avenir pour se prémunir d’une propagation éventuelle et cela fera partie de notre quotidien.

France Bleu RCFM : Est-ce qu’en Corse du Sud on a tiré quelques premières conséquences de ce confinement et de ces mois d’arrêt ?

Antony Perrino : Non à ce jour, je considère que les banques ont accompagné nos entreprises et ont joué le jeu du PGE, ce qui a donné une bouffée d’oxygène en trésorerie à tout le monde. Je pense qu’il est raisonnable d’attendre l’automne pour tirer les premières conclusions et leçons de cette crise mais à ce jour je ne suis pas en mesure d’en tirer, je pense qu’il est trop tôt.

France Bleu RCFM : En conclusion on attend l’automne et en attendant on fait ce qu’on peut pour avoir une reprise la plus importante possible ?

Antony Perrino : Oui voilà, aujourd’hui il faut attendre l’automne, on redémarre doucement, on aspire qu’à une chose c’est de pouvoir remonter en puissance et remettre l’intégralité de nos effectifs sur les chantiers mais la prudence est de mise et comme nous sommes des entrepreneurs responsables nous sommes quand même très vigilants à ce que la propagation ne se fasse pas sur nos chantiers.

France Bleu RCFM : Dernière question, vous êtes donc le nouveau président de la Fédération. Quels sont les enjeux dont on parle en ce moment chez les entrepreneurs du BTP pour les prochaines semaines et les prochains mois ?

Antony Perrino : Alors nous sommes plutôt dans une situation de crise donc nous gérons le quotidien. Je pense que l’aspect financier a été géré par les PGE, maintenant nous attendons d’avoir un peu de visibilité pour voir comment nous allons nous organiser et il y a également les enjeux qui concernent la formation, les perspectives de développement et surtout le maintien de l’activité avec la commande publique, la commande privée, les problèmes d’urbanisme, les sujets sont vagues et nombreux donc on essaie de les prendre les uns après les autres, toujours dans une perspective de dialogue avec les différents interlocuteurs.

France Bleu RCFM : Merci Antony Perrino d’avoir été avec nous. Vous êtes donc le nouveau président de la Fédération du BTP de Corse du Sud.

Antony Perrino : Merci, au revoir.

Écoutez l’interview d’Antony Perrino

Comments are closed.